Chamanisme

Introduction sur le chamanisme :

Le chamanisme est une pratique centrée sur la médiation entre les êtres humains et les esprits de la nature ou les âmes du gibier, les morts du clan, les âmes des enfants à naître, les âmes des malades à guérir, la communication avec des divinités, etc. C'est le chamane qui incarne cette fonction, dans le cadre d'une interdépendance étroite avec la communauté qui le reconnaît comme tel.

Le chamanisme, au sens strict (chamane vient étymologiquement de la langue toungouse), prend sa source dans les sociétés traditionnelles sibériennes. Partie de la Sibérie, la pensée chamanique a essaimé de la Baltique à l'Extrême-Orient et a sans doute franchi le détroit de Béring avec les premiers Amérindiens. On observe des pratiques analogues chez de nombreux peuples, à commencer par les Mongols, les Turcs et les Magyars (avant leur christianisation), qui seraient tous originaires de Sibérie, mais aussi au Népal, en Chine, en Corée, au Japon, chez les Scandinaves, chez les Amérindiens d'Amérique du Nord, en Afrique, en Australie, chez les Amérindiens d'Amérique latine et également chez les Celtes (druidisme orthodoxe).

 

Bernard Cambou, vous propose d'appréhender le chamanisme sous 4 aspects que sont, les ateliers du Développement de l'Être, les huttes à sudations (ou sweat lodges), le tambour chamanique et les quêtes de visions.

Les ateliers du Développement de l'Être

Les ateliers du développement de l’être ont pour objectif de vous permettre de répondre à l’injonction de socrate : “Connais toi toi même”

Vous pouvez choisir un thème qui vous intéresse plus particulièrement ou faire un cursus complet de Septembre à Juin. Les outils que vous expérimentez  vous invite à trouver des réponses à vos questions existentielles, développer votre ressenti, accroître la connexion à vous même.

 

Ces ateliers ont lieu le dimanche, la plupart du temps en forêt, y compris en Brocéliande.

Au cours de ces ateliers, les outils utilisés sont le tambour, les marches médecines, les sachets de tabac, le feu, les énergies des arbres, des pierres, des esprits de la nature, l’accompagnement du grand mystère et nos ancêtres.

L’objectif est la prise de conscience de ce que nous sommes dans notre vérité.

Ces ateliers sont précédés, le samedi en fin d’après midi, de huttes à sudation de tradition amérindienne Lakota. Ce sont des huttes de soins énergétiques très puissants qui seront en cohérence avec le thème de l’atelier du lendemain. Cependant, Vous pouvez choisir de faire seulement la hutte ou l’atelier, selon votre ressenti.

Hutte à sudation - sweat lodge

La cérémonie de la hutte à sudation ou tente à sueur (en anglais : sweat lodge) est un rituel important dans la tradition et la spiritualité nord-amérindiennes, se déroulant dans une tente assimilable à un sauna. Cette cérémonie se présente comme un moyen de communication directe avec le ou les esprits qui imprègnent le monde dans la culture amérindienne.

La hutte à sudation, tradition héritée des croyances animistes des premiers autochtones, consistait en une cérémonie qui se pratiquait dans une tente et dont le principe reposait sur la sudation. Il s'agissait d'un remède que les autochtones utilisaient pour chanter et prier ensemble, se purifier, préserver leur santé et prévenir les maladies.

Bernard CAMBOU pratique la hutte à sudation des Sioux Lakotas. Le rituel associé est appelé l'Inipi. Des pierres sont d'abord chauffées dans un feu extérieur, puis placées dans le sol de la hutte à l'intérieur d'un puits central. Parfois arrosées pour créer de la vapeur, elles produisent de la chaleur qui fait transpirer les participants ayant pris place à l'intérieur.

 

Chaque hutte abordera une thématique spécifique.

Soin au tambour

Le chaman utilise les tambours pour les cérémonies. Les tambours servent aux initiations et aux rites de passage. Le tambour est comme une méditation, faisant passer du monde visible à l’invisible. Il est l'intermédiaire entre le ciel et la terre.

La vibration peut amener à la transe et permet au corps, à l'esprit et à l'âme de s'aligner ; en cela il constitue un soin.

Bernard Cambou l'utilise en soin individuel quand cela est nécessaire ou dans les pratiques chamaniques, notamment pendant les cérémonie des huttes à sudation (sweat lodges).

Formation (lien vers la page ACTUALITE AGENDA)

Quête de visions :

Dans les sociétés traditionnelles, la quête de vision était un rite de passage qui, dans la vie d'un individu, marquait la fin d'une période importante et le début d'une autre. La quête de vision se pratique en solitaire, en pleine nature, face aux éléments et à soi-même.

La quête de vision comporte plusieurs éléments qui peuvent être confrontants : la séparation de son milieu habituel, le retrait dans un lieu isolé et un jeûne solitaire de quatre jours en pleine nature sauvage, équipé d'une trousse de survie minimale. Ce voyage intérieur demande du courage et la capacité de s'ouvrir à un autre mode de perception, ce qui est facilité par le fait de se retrouver face à soi-même, sans autres points de référence que la nature elle-même.

L'initié apprend à voir autrement, à observer les signes et les présages que la nature lui adresse et à découvrir les secrets et les mystères que recèle son âme. Elle peut même être une expérience assez douloureuse, car elle implique de confronter ses peurs et ses démons intérieurs. L'approche rappelle les récits mythiques et légendaires où les héros devaient livrer des combats sans merci, franchir les pires obstacles et vaincre toutes sortes de monstres pour enfin en ressortir libérés et transformés.

Le chaman, ainsi que le groupe de guetteurs, sont présents afin d'assurer la sécurité et le bon déroulement de la quête au long de ces quatre jours.

Un quête se prépare en amont par un week-end d'ouverture, et se clôt par un week-end de fermeture. La quête de vision est un processus se déroulant sur 6 ou 7 mois de travail énergétique et de quatre jours de visions.

FORMATIONS : ateliers et quêtes de visions

cliquez ici pour nos formations en chamanisme et les inscriptions